Lumen Vitae

Switch to desktop Register Login

Axe 1

Perspectives anthropologiques

(1 ECTS = 7,5 heures de cours)

 

COURS FONDAMENTAL

 1. Religion, culture, société : Introduction à l’anthropologie 

Alors que la théologie part d’une confession de foi, l’anthropologie et les sciences humaines abordent les cultures et les religions par l’observation et l’analyse. La méthode historique et comparative permet de mieux comprendre le fonctionnement d’une culture, les parallèles et différences entre cultures ainsi que la place des religions dans différents types de sociétés. Chaque partie du cours, après une introduction sur la méthode, étudiera quelques exemples d’institutions, de représentations collectives et de pratiques culturelles, sociales et religieuses. 

         1A*. Les institutions de la parenté
         Albertine Tshibilondi (AT1, 2ects)

          1B .Les évangéliques en Amérique latine     
          Luis Martinez (LM1, 2ects)

          1C. Le pèlerinage dans les religions
         
 Jacques Scheuer (Sch, 2ects)

 

COURS SPECIALISES

2*. L’humanité de Dieu
Luis Martinez (LM2, 3 ects)

Face aux problèmes du sens, de la liberté, du mal, de la mort etc., le discours chrétien sur l’homme se présente comme d’une grande actualité. Dieu et son projet se dévoilent devant l’homme et la femme d’aujourd’hui comme une bonne nouvelle pleine de virtualités pour leur épanouissement.

3. Amour, sexualité, fécondité et vie morale 
Roger Burggraeve (RB, 3 ects)

Recherche d’une éthique chrétienne de la sexualité, dans une perspective pastorale, c’est-à-dire une éthique de croissance pour des chrétiens ‘en situation’, autour de quelques thèmes : amour intégral ; parenté généreuse et responsable ; procréation artificielle ; sexualité responsable (Sida) ; recherche d’une éthique relationnelle consistante pour des situations particulières (cohabitation pré- et non-maritale, homosexualité, divorce…) ; recherche d’une anthropologie et d’une éthique bibliques à partir de Genèse 1.

4. Introduction à la psychologie de la religion
Jozef Corveleyn (JC, 2ects)

Le but de ce cours est d’initier l’étudiant-non-psychologue à la psychologie qui étudie le comportement religieux de l’homme. La première partie comportera une nécessaire introduction à ce que c’est : la psychologie, la ‘religion’ dans la perspective du chercheur en psychologie, la différence entre la psychologie de la religion et la théologie pastorale. La deuxième partie contiendra une introduction plus spécifique dans certains sous-domaines de la psychologie de la religion, nommément : la religion et le développement de l’individu ; la psychologie sociale de la religion, la psychologie de la conversion religieuse, etc. La partie finale se tourne vers des perturbations possibles dans l’expérience religieuse ; c’est la psychologie clinique de la religion.

5*. Modernité et posthumanisme  
Charles Delhez (ChD, 2ects)

Le mot « modernité » est sur toutes les lèvres, mais qu’entend-on par-là ? Et quand on parle de postmodernité ou d’ultramodernité, de modernités multiples et de modernité postséculière ? Sous ces concepts vastes, un certain rapport avec la ou les religions est envisagé et, pour les chrétiens, avec les Églises.Une jungle d’idées d’autant plus imprécises que l’on ne sait plus très bien où l’on va, la modernité étant de plus en plus confrontée à ses propres contradictions. De plus, l’humanisme qui était au cœur de la modernité semble être dépassé par le transhumanisme et le posthumanisme. Un cours qui fait le point afin de pouvoir continuer à annoncer Jésus-Christ dans ce monde en pleine mutation.

6. Séminaire sur la sorcellerie 
Jacques Gillardin et Richard Erpicum (JG-RE, 3ects)

Une manière d'aborder la question de la sorcellerie consiste à l'envisager en tant qu'objet de croyance ou d'incrédulité. Une seconde façon est d'analyser la logique interne des systèmes en présence. Une troisième perspective possible - celle que nous allons aborder dans ce séminaire - consiste à s'interroger sur la place, la fonction et la signification du phénomène « sorcellerie » qui s'inscrit dans une totalité sociale, dans une temporalité et un espace bien précis. Nous nous interrogerons notamment sur les pratiques symboliques des sorciers, les manières de concevoir et de traiter la santé, la maladie, l'échec scolaire, le chômage, la mort (plus particulièrement le corps), la transmission, etc. 

 

Conception   F-Solutions  

Haut Desktop version